Thèmes

fruits Départements voyage

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· A la découverte de... (6)
· Acteurs - (3)
· Actrices - (2)
· Agriculture et agronomie - (1)
· Alimentation et gastronomie - (1)
· Anges et démons - (13)
· Animaux - Tortues - (8)
· Animaux - articles divers - (13)
· Animaux - Batraciens,amphibiens- (7)
· Animaux - Canidés - (3)
· Animaux - Crocodiliens - (5)
· Animaux - Crustacés - (8)
· Animaux - Equidés - (6)
· Animaux - Espèces menacées - (12)
· Animaux - Félins - (9)
· Animaux - Insectes - Papillons - (12)
· Animaux - Insectes et invertébrés- (19)
· Animaux - Lagomorphes - (4)
· Animaux - Le loup - (6)
· Animaux - Lémuriens - (4)
· Animaux - Lézards - (12)
· Animaux - Marsupiaux - (4)
· Animaux - Mustélidés - (3)
· Animaux - Oiseaux - (58)
· Animaux - Serpents - (8)
· Animaux - Ursidés - (4)
· Animaux de compagnie - chats - (10)
· Animaux de compagnie - chiens - (13)
· Animaux de compagnie - N.A.C. - (2)
· Animaux domestiques - (3)
· Animaux préhistoriques - (13)
· Années 50 - (37)
· Anonymes ou sans blog - (23)
· Aquariophilie eau de mer - (7)
· Aquariophilie eau douce - (20)
· Arachnides - (0)
· Arbres et arbustes (22)
· Arbres fruitiers - (2)
· Archéologie - (31)
· Art et architecture - (2)
· Art et Cinéma - (1)
· Art et culture - symboles - (1)
· Art et musique - (0)
· Art et Peinture - (3)
· Art et Photographie - (1)
· Art et sculpture - (2)
· Art pictural - (4)
· Arts Premiers - (2)
· Astrologie - (24)
· Astronomie - (23)
· Au Jardin - (27)
· Balades en France-curiosités- (15)
· Beaux textes (17)
· Bijou et accessoire de mode - (1)
· Biographies historiques - (18)
· Bois et forêts - (5)
· Boissons et cocktails - (25)
· Bonbons et gourmandises... (43)
· Bonjour + texte (589)
· Bonsoir + texte (92)
· Bricolage et maison (3)
· Cactées et plantes succulentes - (11)
· Cadeau de mon ti Loup - (3)
· Cadeau pour Dany (6)
· Cadeau pour Judithe (3)
· Cadeau pour Nadine (3)
· Cadeau pour Nathalie (1)
· Cadeau pour Oursinette (1)
· Cadeaux de ma petite Audrey - (49)
· Cadeaux de mes ami(e)s - (582)
· Cadeaux pour mumu (8)
· Carnaval (15)
· Catastrophes naturelles - (2)
· Champignons - (23)
· Chandeleur et Mardi Gras (1)
· Chateau de Versailles - (13)
· Chateaux de la Loire - (10)
· Chaussures et chaussons - (6)
· Chutes d'eau - (2)
· Citations et mots d'histoire - (8)
· Civilisations anciennes (6)
· Climat et réchauffement climatique - (10)
· Combien ça coute - (3)
· Contes et légendes (2)
· Continents - (3)
· Costumes traditionnels et folkloriques - (6)
· Coutumes et traditions (0)
· Croyances, superstitions, légendes - (14)
· Cryptozoologie - (6)
· Cuisine - recettes et astuces- (11)
· Curiosités - (8)
· Danses d'ici ou d'ailleurs - (10)
· Deltas et estuaires - (6)
· Divination et arts divinatoires - (0)
· Ecosystèmes - (12)
· Egypte - (43)
· Enfants royaux - (5)
· Environnement - (14)
· Ephéméride du.... (190)
· Epices et condiments (4)
· Espèces végétales protégées - (2)
· Etats-Unis - (3)
· Expositions universelles - (1)
· Fables de La Fontaine - (11)
· Faits de societe.... (14)
· Fées... Elfes... Gnomes et autres Farfadets !!!! (4)
· Fete des Mères et des pères - fete des grands mères (20)
· Fêtes et traditions - 1er Avril (3)
· Fêtes et traditions - Chandeleur - (2)
· Fêtes et traditions - Epiphanie - (3)
· Fêtes et traditions - Noël - (9)
· Fêtes et traditions - Nouvel An - (5)
· Fêtes et traditions - Nouvel An chinois (2)
· Fêtes et traditions - Saint Valentin - (2)
· Fleuves et rivières - (4)
· Flibustiers,boucaniers,pirates... - (7)
· Fossiles et fossilisation - (4)
· Fromages - (40)
· Grands chefs Indiens - (3)
· Grottes et cavernes - (9)
· Grottes et sites "préhistoriques" - (2)
· Guerre de cent ans - (3)
· Halloween - (7)
· Histoire - Antiquité - (23)
· Histoire - Antiquité - Divers - (4)
· Histoire de Femmes - (9)
· Histoire de France - (1)
· Histoire de la BD - (10)
· Histoire des marques - (44)
· Histoire des reines - (14)
· Histoire des Rois - (9)
· Histoire du Pain - (15)
· Histoire(faits marquants) - (1)
· Hôtels de rêve - (2)
· Humour et blagues (67)
· Infos santé (8)
· Insolite (7)
· Inventions et decouvertes (8)
· Jardin d'eau - Bassins - (1)
· La Chine (6)
· La fabuleuse histoire de l'ecriture.... (23)
· La France - (1)
· La Russie - (0)
· La Terre et son histoire - (14)
· La vigne et le vin - (20)
· La(les)maison(s) - (7)
· La(les)mode(s) - (17)
· Lacs - Etangs - (6)
· Le métro Parisien - (1)
· Le Nouvel An (1)
· Le Parfum - (8)
· Le(s) climat(s) - (9)
· Le(s) Jardin(s)- (12)
· Les canaux - (0)
· Les contes d'Andersen - (0)
· Les contes de Perrault - (0)
· Les départements-(histoire)- (107)
· Les déserts - (18)
· Les Favorites royales... (28)
· Les fruits - (52)
· Les gemmes et metaux précieux - (25)
· Les Légumes - (31)
· Les mers et océans - (7)
· Les minéraux - (6)
· Les Mois - Histoire - (12)
· Les mots qui restent - (17)
· Les plantes carnivores - (17)
· Les plus beaux musées du monde - (9)
· Les quatre saisons - (2)
· Les reves - (11)
· Les Sauces (22)
· Les shadoks - Série 1 (55)
· Les surprises de l'écologie (6)
· Les volcans - (31)
· Lithothérapie - (46)
· Magie et Magiciens - (10)
· Mammifères - (29)
· Médecines douces ou parallèles (16)
· Médecins et médecines du Monde - (2)
· Merveilles du monde - (7)
· Météo - (15)
· Métiers d'autrefois (1)
· Mollusques - (3)
· Monde marin - (37)
· Montagnes et failles - (12)
· Monuments - (19)
· Moyen Age - Chateaux forts - (3)
· Moyen Age... (11)
· Muguet et 1er mai (17)
· Musique (1)
· Mystères - Enigmes - (19)
· Mythologie amérindienne - (2)
· Mythologie Aztèque - (4)
· Mythologie chinoise - (3)
· Mythologie Greco-romaine- (74)
· Mythologie Nordique - (2)
· Mythologie scandinave - (7)
· Napoléon - (0)
· Noel (22)
· Nouvel An chinois (5)
· O.V.N.I.S. et vie extra terrestre... (15)
· Oeuvres d'Art - (1)
· On en apprend tous les jours (8)
· On nous l'a dit - idées reçues - (8)
· Orchidées - (18)
· Outremer - (10)
· Paléontologie - (5)
· Paques (11)
· Parcs , réserves naturelles, zoos... (49)
· Parcs d'attractions - (10)
· Parcs et jardins - (25)
· Paris autrefois - (21)
· Patrimoine culturel immatériel (112)
· Patrimoine mondial - (29)
· Personnages (1)
· Personnages légendaires- (3)
· Petites histoires de l'histoire (24)
· Peuples du monde - (Ethnies) - (9)
· Peuples Indiens - (14)
· Phénomènes inexpliqués (12)
· Phénomènes naturels - (1)
· Phytothérapie - (8)
· Plantes et herbes aromatiques (12)
· Poesie (30)
· Pour vous ... (332)
· Préhistoire - (25)
· Préhistoire - Dinosaures - (39)
· Prophéties-prédictions-voyance- (4)
· Pub et images - (8)
· Questions et reponses (15)
· Région - Alsace - (2)
· Région - Aquitaine - (4)
· Région - Auvergne - (0)
· Région - Bourgogne - (0)
· Région - Bretagne - (0)
· Région - Centre - (0)
· Région - Champagne ardennes - (0)
· Région - Corse - (0)
· Région - Franche Comté - (0)
· Région - Haute Normandie - (0)
· Région - Ile de France - (0)
· Région - Languedoc Roussillon (0)
· Région - Limousin - (0)
· Région - Lorraine - (0)
· Région - Midi Pyrénées - (0)
· Région - Nord Pas de Calais - (0)
· Région - Pays de Loire - (0)
· Région - Picardie - (0)
· Région - Poitou Charentes - (0)
· Région - Provence Alpes Cote d'Azur - (2)
· Région - Rhone Alpes - (0)
· Religion - créatures mythiques - (12)
· Religion-sectes-societes secretes- (7)
· Religions monothéistes - (4)
· Roches et minéraux - (9)
· Rubrique à brac (18)
· Saint Nicolas (3)
· Séries télé.... (22)
· Sorcier(es) et sorcellerie - (50)
· Souverains Français - (25)
· Sport et Olympisme - (15)
· Sports - (0)
· Symboles et symbolique - (30)
· Textes illustrés.... (16)
· Tourisme et histoire - Bordeaux - (15)
· Tourisme et histoire - Paris - (37)
· Trains du monde - (2)
· Traque à l'anarque - (3)
· Un jour.... une histoire.... (171)
· Vie quotidienne - (1)
· Villes étrangères - (8)
· Villes françaises - (12)
· Voyage... (35)

Rechercher
Statistiques

Date de création : 27.11.2008
Dernière mise à jour : 08.02.2013
5848articles


Les départements-(histoire)-Bouches-du-Rhone- 13 -

Publié le 13/10/2009 à 18:06 par acoeuretacris Tags : Départements
Les départements-(histoire)-Bouches-du-Rhone- 13 -

 

Marseille

 

(Partie 2)

 

Le comte de Barcelone fut ensuite aux prises avec la maison des Baux, qui se rit donner l'investiture de la Provence par l'empereur Conrad III, puis par Frédéric Ier Barberousse, le royaume d'Arles étant fief de l'empire. Mais le comte de Barcelone, dont le neveu Raymond-Bérenger Il était alors comte de Provence, fit une guerre terrible à la famille des Baux, lui enleva trente châteaux et gagna complètement à sa cause, par une alliance de famille habilement ménagée, l'empereur Frédéric. Celui-ci révoqua l'inféodation qu'il avait faite en faveur d'Hugues des Baux et accorda (1162) à Raymond-Bérenger la propriété de la Provence : ab Alpibus ad Rhodanum, avec l'inféodation du comté de Forcalquier, moyennant une redevance annuelle de quinze mares d'or au poids de Cologne envers l'empire, sans compter des présents en monnaie espagnole à l'empereur, à l'impératrice et à la cour impériale. La maison des Baux tenait encore bon dans son dernier château, celui de Trinquetaille ; Raymond-Bérenger l'en chassa et devint par là comte de Provence sans contestation.

A peine les Baux étaient-ils abattus, que la guerre recommença avec les comtes de Toulouse. Après des efforts continuels, Raymond-Bérenger II était arrivé, à la fin de sa vie, à posséder seul la Provence. Il meurt sans héritier mâle ; tout est remis en question. Il en était ainsi dans le régime féodal, une lignée mâle ne pouvait s'éteindre quelque part sans que tout à coup surgissent des prétentions rivales qui se perpétuaient et engendraient des combats sans fin.

Le comte de Toulouse, ayant épousé la veuve de Raymond-Bérenger, voulut s'emparer de la Provence. Alphonse Ier roi d'Aragon, s'y opposa. Il y eut une guerre. Le roi d'Angleterre Henri II intervint entre les deux rivaux, qui se donnèrent rendez-vous dans l'île de Gernica, près de Tarascon (1176), et conclurent un traité ; moyennant trois mille mares d'argent, le comte de Toulouse abandonna au roi d'Aragon tous ses droits sur le comté de Provence et quelques autres fiefs. Ainsi la maison de Barcelone-Aragon resta définitivement maîtresse du comté de Provence, et, si elle eut encore quelques luttes à soutenir, elle en sortit victorieuse.

C'est sous cette brillante maison que fleurirent les troubadours avec leur magique cortège de chants, de combats, d'amours, de fêtes, de folies de tous genres. Alphonse II, Raymond-Bérenger IV les attirèrent avec une grande faveur. Ils accouraient, allègres, suivis de jongleurs, musiciens, violards, musards et cornies, chargés de remplir les intermèdes. Le poète lui-même entonnait dans cette langue provençale, fille imparfaite, mais brillante et sonore, du latin transformé, que parlait presque tout le littoral de la Méditerranée, ou la tendre chanson à la louange de la personne aimée, ou le planh, complainte douloureuse sur une amante, un ami, un bienfaiteur qui n'est plus ; ou le tenson, dialogue ou couplets d'amour ou de chevalerie ; ou le sirvente aux traits vibrants et acérés, ou les novas, nouvelles, ou le roman aux émouvantes péripéties, ou l'épître enfin, ou la sixtine, la pastourelle, la ballade, la danse, la ronde, etc. ; tous ces esprits méridionaux étaient ingénieux à varier la forme, sinon le fond. Ils célébraient surtout les joies d'un amour pur, les souffrances d'un amour malheureux, les transformations que t'amour produit chez l'homme qui ne cherche à plaire que lorsqu'il commence à aimer.

Et comme les questions d'amour étaient délicates à résoudre, il y eut des tribunaux pour ces procès, des docteurs pour cette casuistique. C'étaient des femmes qui siégeaient dans ces cours d'amour, comme ayant plus de finesse sans doute pour apprécier les subtiles délicatesses du coeur. « De gentilles femmes, dit Nostradamus, s'adonnoient à l'étude des bonnes lettres et des sciences humaines, tenant cour d'amour ouverte, où elles dérinissoient les questions amoureuses à elles envoyées et proposées par divers gentilshommes et damoiselles ; au moyen de la résolution desquelles et de leurs belles et glorieuses compositions, leur renommée s'espandit et se fit jour en France, en Italie, en Espagne et Plusieurs diverses contrées, de telle sorte qu'une foule de chevaliers et personnages de haute qualité et grand renom, s'estant portés de ce temps en Avignon pour visiter le pape Innocent sixième du nom, furent ouïr les définitions et sentences d'amour que ces illustres dames prononçoient, lesquels furent tellement ravis et esmerveillés de leur beauté et de leur divin savoir qu'ils en devinrent épris. »

C'est alors, c'est quand la Provence était traversée par tout ce qui, des pays du nord et du centre, allait à Rome, à Rome ce foyer et ce soleil du Moyen Age, c'est alors que se célébraient les brillants tournois ci que le luxe des chevaliers du Midi déployait ses richesses, répandait ses prodigalités, étalait ses extravagances. A la cour plénière de Beaucaire, convoquée par le roi d'Angleterre Henri II, en 1174, le comte de Toulouse lit présent de cent mille sous à Raymond d'Agout, seigneur provençal, qui les distribua aussitôt à dix mille chevaliers. Bertrand Raimbaud, plus extravagant, fit labourer un champ voisin et y fit semer trente mille sous en deniers. Un autre, Raymond de Venons, fit brûler devant l'assemblée trente de ses chevaux. Folies pleines d'ostentation et de frivolité, qui peignent le temps, le pays et les hommes. Les plus fameux troubadours provençaux sont Carbonel et Poulet, de Marseille ; Giraud, de Cabrières ; Guy, de Cavaillon, Jacques Motta d'Arles ; Bertrand, d'Avignon ; Tomiers Palazis, de Tarascon ; Albert, de Sisteron ; Raimbaud, d'Orange, Raimbaud, d'Hyères ; la comtesse de Die et l'empereur Frédéric II.

Cet âge glorieux, cet âge original de la Provence finit avec Raymond-Bérenger IV, qui mourut sans postérité mâle et dont l'héritière, Béatrix, épousa en 1245 Charles d'Anjou, frère de saint Louis. Le sombre et impassible Charles arriva avec ses hommes du Nord. La joyeuse Provence, à son aspect, sentit, pour ainsi dire, le froid de la mort. « Désormais, s'écrièrent les troubadours, désormais les Provençaux vivront dans le deuil ; car du vaillant seignours nous tombons en sire... Ah ! Provence ! Provence ! quelle honte ! quel désespoir ! Tu as perdu bonheur, joie et repos et gloire en tombant dans les mains de ceux de France ; mieux valait que nous fussions tous morts ! Déchirons maintenant nos bannières, démolissons les murs de nos villes et les tours de nos châteaux forts ; nous sommes sujets des Français et ne pouvons plus porter ni écu ni lance. »

Charles d'Anjou s'empressa de justifier la répugnance qu'il inspirait aux Provençaux par la destruction de leurs républiques florissantes. Bientôt après, il épuisa le pays pour s'en aller conquérir le royaume des Deux-Siciles, dont le pape Clément IV l'avait autorisé à dépouiller Manfred, fils de l'empereur Frédéric II. Deux victoires l'en rendirent maître. Manfred fut vaincu et tué à Bénévent (1266) ; le jeune Conradin, vaincu à Tagliacozzo (1268), monta sur l'échafaud à Naples. Le cruel Charles d'Anjou rêvait, dans son ambition, de nouvelles conquêtes, lorsque les Vèpres siciliennes lui enlevèrent celle qu'il venait de faire. Un de ses chevaliers outragea une, femme de Palerme ; le peuple irrité égorgea l'insolent et tous ses compatriotes ; l'esprit de vengeance, une fois allumé, parcourut toute la Sicile, et, durant trois jours, Français et Provençaux furent égorgés au nombre de 8 000.

Un seul fut épargné, un seigneur provençal, dont la vertu et l'intégrité étaient vénérées des Siciliens eux-mêmes ; il se nommait Guilhelm des Porcelets. La douleur emporta Charles d'Anjou trois ans après, en 1285. Charles le Boiteux, qui lui succéda, vint en Provence dès qu'il fut sorti de la captivité où il avait été longtemps retenu par le roi d'Aragon, son rival. Il y fut reçu avec une grande allégresse et n'en continua pas moins cette destruction des libertés municipales commencée par son père. Robert, son fils, et sa petite-fille, Jeanne, résidèrent à Naples.

L'absence du souverain livra la malheureuse Provence aux dévastations des seigneurs qui se disputaient le pouvoir. En 1382, Jeanne, devenue prisonnière de son neveu Charles de Duras, adopta Louis d'Anjou, frère de Charles V. Une nouvelle maison d'Anjou monta sur le trône de Provence et forma la quatrième dynastie comble de cette province. Louis Ier mourut dans une expédition contre le royaume de Naples (1384) ; ses successeurs, Louis II et Louis III, s'épuisèrent également en efforts inutiles pour enlever les Deux-Siciles à la maison d'Aragon.

La modération de caractère de René d'Anjou (1434) semblait promettre aux Provençaux un prince pacifique. Toute une moitié de sa vie se passa pourtant à courir après des couronnes qui lui échappèrent. Il s'en alla disputer la Lorraine à Antoine de Vaudemont, neveu du dernier duc, pour faire valoir les droits de sa femme, Isabelle de Lorraine, fille de ce même duc. Mais Vaudemont, soutenu par le duc de Bourgogne, le fit prisonnier et le garda dans le château de Blacon, près de Salins. Dans cette captivité, un royaume vint à lui, celui de Naples. Louis III, son frère, roi de ce pays, venait de mourir, et sa veuve, Jeanne II, l'avait suivi de près au tombeau, désignant pour son héritier René d'Anjou.

René acheta la liberté à tout prix : deux cent mille florins d'or, des places fortes, etc. Il trouva la Provence pleine des préparatifs que faisait déjà Isabelle pour l'expédition de Naples, car il fallait aller prendre ce royaume malgré les Aragonais. Il parcourut le pays, reçu des états un présent de cent mille florins d'or, emprunta de l'argent aux seigneurs, ses amis, et partit de Marseille le 5 avril 1438. Le pape lui avait donné l'investiture ; les Vénitiens, les Florentins et' les Génois étaient dans son alliance. Le début fut heureux ; mais bientôt l'argent manqua. Le connétable de René lui refusa obéissance et finit par passer au roi d'Aragon avec une partie de son armée. Le bon René dut renoncer à ses prétentions sur le royaume de Naples, malgré la douleur des Napolitains, qui avaient en horreur les Aragonais. René et son fils, Jean de Calabre, d'humeur remuante comme toute cette maison, firent encore des tentatives également malheureuses.

Enfin, instruit par les déceptions de l'ambition, René se retira en Provence et y acheva paisiblement sa vie, au milieu d'occupations utiles et agréables. Il protégea l'industrie, l'agriculture, le commerce de ses Provençaux, attira dans le port de Marseille un grand nombre de vaisseaux étrangers par les franchises qu'il leur accorda. Il s'entourait d'hommes instruits et savait à la fois peindre, faire des vers et de la musique. Il aimait à planter des arbres, cultiver des jardins. Il naturalisa sur le sol de la Provence les roses muscadelles, les paons blancs, les perdrix rouges ; il améliora l'espèce des raisins muscats et multiplia .les œillets. Prodigue envers ses serviteurs, et pourtant ménager de l'argent de ses sujets, doux, affable pour tous, il n'était pour tous aussi que le bon roi René. Son âme n'était pas de celles pour qui l'ambition déçue est un feu qui dévore ; résigné, il répétait sans cesse : « Le vouloir du Seigneur soit fait ! » un de ces souverains, en un mot, qui donnent l'âge d'or à leurs peuples ; un de ces types pleins de bonhomie et dignes de la légende si rare dans la réalité.

René n'était pas homme à disputer son fief à la griffe de lion de Louis XI, qui flairait partout, depuis la Manche jusqu'à la Méditerranée, s'il ne restait pas quelques seigneurs féodaux à dévorer. René, qui avait perdu tous ses enfants, voyait bien que Louis XI prétendrait primer les collatéraux ; trop sage pour résister, ou même paraître mécontent, il fit la cour à messire lion et écrivit de sa main en lettres d'or, enlumina même une donation testamentaire en faveur de Louis XI.

Toutefois un autre testament, lorsqu'il mourut, fit passer la Provence à Charles du Maine, son neveu : Louis XI, frustré et plein de colère, fit chercher quelque défaut dans ce testament par le parlement de Paris, qui n'en trouva point. Alors il changea de tactique ; au lieu d'attaquer Charles, il le flatta, le caressa, le soutint contre les prétentions de René II, duc de Lorraine, petit-fils du roi René, et contre celles d'Yolande d'Anjou, duchesse douairière de Lorraine, qui contestaient la validité du testament.

En même temps, il se faisait des partisans parmi les seigneurs de Provence, principalement Palamède de Forbin, qui dicta, pour ainsi dire, à Charles du Maine, près de mourir sans postérité, un testament de donation complète à Louis XI et à ses héritiers. Pour toute condition, il suppliait le roi de France de conserver les libertés, franchises, droits et usages de ses sujets. Il mourut en 1481, et la Provence fut définitivement réunie à la France, réunion sanctionnée solennellement par une assemblée générale des états en 1486. Pourtant Louis XII eut encore à écarter les prétentions du duc de Lorraine et d'Anne de France, soeur de Charles VIII. Mais il triompha et consomma la prise de possession, en 1502, par l'établissement, à Aix, d'un parlement composé d'un président et de onze conseillers.

L'histoire provinciale finit, ou du moins se restreint considérablement, pour la Provence comme pour toutes les autres provinces, au moment de la réunion à la couronne de France. Les guerres de François Ier et de Charles-Quint l'exposèrent deux l'ois aux ravages des impériaux. La première fois, en 1524, le connétable de Bourbon les conduisit ; la seconde (1536), Charles-Quint lui-même.

Sous le même règne, la Provence fut troublée par les affaires des Vaudois, ces débris des Albigeois, qui vivaient depuis des siècles au milieu des monts Luberons, au nord de la Durance (Vaucluse), et principalement dans les villages de Mérindol et de Cabrières. On sait avec quelle atroce cruauté Meynier d'Oppède, président du parlement d'Aix, à l'instigation du cardinal de Tournon traita ces innocentes populations que François Ier sacrifiait à sa politique et au désir d'attirer le pape dans son alliance.

Ces horreurs, qui méritent une exécration éternelle, sont de 1545. Elles eurent une suite dans les guerres de religion, qui commencèrent quinze après. Les barons de La Suze et des Adrets, surtout le fameux Sommerive, qui, en 1563, fit pendre, brûler ou précipiter sur des piques mille quarante protestants, en furent les héros dans la Provence. La Ligue s'y établit ensuite et y domina jusqu'en 1596.

La noblesse et la bourgeoisie provençale prirent part à la résistance que rencontra dans presque toutes les provinces de France la politique de Richelieu. Lorsque le cardinal voulut en finir avec La Rochelle, il éprouva un grand besoin d'argent et recourut à des impositions extraordinaires. La Provence, envahie par les agents fiscaux de la cour, vit augmenter l'impôt du sel et surcharger de 100 000 livres l'impôt dit de taillon. Depuis 1543, les communautés de Provence avaient adopté l'usage de se réunir en une assemblée délibérante. Cette assemblée représenta au gouvernement l'épuisement du pays et demanda la révocation des édits de finances.

Richelieu, irrité, redoubla d'exigences et ne supprima les derniers édits que pour demander 1 500 000 livres, sans compter mille mulets pour le transport des bagages de l'armée d'Italie. Et, si la Provence faisait quelque difficulté de se soumettre, il menaçait d'y promulguer le fameux édit des Élus, déjà appliqué dans plusieurs provinces voisines, et dont l'effet eût été de dépouiller les habitants du privilège de répartir la taille entre eux comme ils l'entendaient, pour remettre ce soin aux officiers royaux. Les communautés, réunies à Valensole, formèrent une députation qui se rendit à la cour et y fut aussi mal accueillie que possible.

Le mécontentement fut très vif dans toute la Provence. On murmurait, on formait des assemblées tumultueuses, on exagérait même les appréhensions. Bientôt, disait-on, la cour imposerait jusqu'aux salaires des ouvriers, jusqu'aux gages des domestiques. Pourtant, rien ne s'organisait, aucun chef ne se présentait encore. Les Provençaux s'en faisaient eux-mêmes le reproche. Quoi ! disaient-ils, n'y aura-t-il personne pour attacher le grelot ? Le seigneur de Châteauneuf, Paul de Joannis, las d'entendre répéter ce mot, s'écria en colère : « Eh bien ! c'est moi qui l'attacherai. » Et, prenant à la lettre l'expression proverbiale, il attacha à sa boutonnière un grelot suspendu à un ruban blanc qui portait le cachet en cire de la maison de Châteauneuf. Cet emblème, adopté par tous les insurgents, leur fit donner le nom de Cascazvéous, qui signifie grelot en provençal.

Au reste, le gouvernement sut adroitement diviser les rebelles, en suscitant le parti des Cascavéous au ruban bleu, qui devinrent les rivaux des Cascavéous au ruban blanc, et bientôt une armée de cinq mille hommes d'infanterie et d e six cents chevaux, sous les ordres du prince de Condé, fit rentrer la province sous l'obéissance, sans effusion de sang. Les états de Tarascon votèrent les 1 500 000 livres demandées. Si l'autorité royale triomphait en Provence, il lui restait encore à y opérer un changement qui lui tenait cher au coeur, à transformer ce pays d'états en pays d'élection. Maintes fois elle en avait menacé les Provençaux, qui, redoutant, plus que les impôts mêmes, cette atteinte à leurs libertés, s'étaient toujours empressés de désarmer la cour par des sacrifices.

Mais enfin le gouvernement du roi résolut d'en venir à bout et, à l'occasion de quelques délais dans le payement d'une certaine contribution extraordinaire, rendit un édit qui établissait en Provence deux présidiaux, à Aix et à Draguignan : chaque présidial composé de deux présidents, de douze conseillers, d'un avocat et d'un procureur général. Le parlement d'Aix refusa d'enregistrer cet édit. Le roi envoya sur les lieux le conseiller d'État Lauzun, pour en exiger l'exécution. Députation des Provençaux à la cour, nouvelles offres d'argent ; point de succès. Le gouvernement, impitoyable, établit les présidiaux, désorganise les états de Provence (1639), en ne les convoquant plus qu'à de rares intervalles et en ne permettant plus aux communautés de s'y réunir que par des représentants.

Quant au parlement, qui n'avait pas craint de refuser l'enregistrement, on l'atteignit par des lettres patentes du mois d'octobre 1647, qui créèrent, sous le nom de sémestre, un autre parlement destiné à alterner ses travaux avec l'ancien, la session de chacun durant six mois. Le nouveau parlement était composé de trois présidents, trente conseillers, tous hommes dévoués à l'autorité royale.

Ces atteintes aux libertés de la Provence amenèrent des troubles qui durèrent plusieurs années, et dont le foyer fut à Aix. La guerre pourtant n'y fut pas renfermée. Elle se fit dans toute la Provence. Le comte d'Alais, gouverneur de la province, fit venir des troupes, le parlement en leva de son côté ; on tint la campagne. Chaque parti dirigea ses coups de main contre les villes qui tenaient pour le parti opposé. Mais le comte de Carces, qui commandait les troupes parlementaires, ayant eu l'imprudence d'engager une action contre le régiment de Montbrun, entre les villes de Barjols et de Brignoles, fut vaincu.

Le parlement ne se laissa pas abattre et la. guerre ne cessa, en 1650, que par l'intervention du maréchal de Saint-Aignan, qui apporta un traité de paix imposé par le roi. Les troubles de la Fronde, qui arrivèrent alors à leur paroxysme, rallumèrent encore quelques étincelles. Des querelles éclatèrent en plusieurs villes entre les sabreurs, ou partisans du parlement, et les canivets, gens du canif, gens de robe, partisans de la cotir. La paix ne fut rétablie que lorsque Mazarin eut consenti à retirer au comte le gouvernement de la Provence pour le donner à Louis de Vendôme, duc de Mercoeur. Le nouveau gouverneur eut toutefois à son tour une révolte à combattre ; ce fut celle de Marseille, à propos de ses consuls. Il en sera parlé sous la rubrique de cette ville, qui perdit enfin, comme toute la province, ses libertés. Il fallait bien, c'était le sort de toute la France, subir le pouvoir niveleur de Louis XIV qui portait partout l'uniformité.

En 1705, la Provence fut encore une fois envahie par les étrangers. Une armée de Piémontais et d'Autrichiens, sous Amédée, duc de Savoie, généralissime, et sous le prince Eugène, vint assiéger Toulon qu'une flotte anglaise bombardait du côté de la mer. Une énergique résistance obligea les alliés à se retirer, et Berwick, les poursuivant, leur fit essuyer un échec près d'Embrun. Au cours du XVIIIe siècle, au milieu de la guerre européenne pour la succession d'Autriche (1744), la Provence eut une autre occasion de signaler son patriotisme en repoussant une nouvelle invasion de Piémontais et d'Autrichiens, encore appuyée par une flotte anglaise.

Quant au mouvement des idées de ce siècle puissant et novateur, elle en prit sa part. Elle eut occasion, comme toute la France, de faire éclater son animadversion contre les jésuites ; comme Paris, elle vit son parlement supprimé par Maupeou ; enfin, lorsque le cours des années amena la Révolution française, elle fut des plus ardentes à attaquer les vieux abus et envoya à l'Assemblée nationale le Jupiter tonnant qui devait les foudroyer, l'éloquent et passionné Mirabeau. Représentée dans l'Assemblée des notables, sous le ministère de Calonne, par les archevêques d'Aix et d'Arles et par le premier président du parlement, elle ne considérait pas cette représentation comme sérieuse, parce que le tiers état n'y avait qu'une part illusoire et presque nulle.

Le débat, en effet, n'était plus entre les provinces et le pouvoir central, mais entre le tiers état et les deux ordres privilégiés, par toute la France. Aussi il éclata sur le sol même de la Provence avant d'éclater plus solennellement à Versailles : l'assemblée des états provinciaux ayant été convoquée (1787-88) à Aix, les ordres s'y livrèrent aux plus vives, aux plus tumultueuses discussions et à des interpellations réciproques qui dégénérèrent presque en injures. Le clergé y était représenté par les évêques, les abbés et le commandeur de Malte la noblesse par cent vingt-huit seigneurs possesseurs de fiefs ; le tiers état par cinquante-six députés des communautés et vigueries. Les trois ordres ne furent d'accord que pour voter une subvention gratuite de 700 000 livres, demandée par la cour ; car ce n'était pas encore la royauté qui était l'objet de la haine et des attaques. Une seconde session des états de Provence eut lieu au commencement de l'année 1789 et rit éclater les mêmes luttes. Mirabeau y apparut pour la première fois, armé de cette dominante éloquence qui allait s'ouvrir une plus vaste carrière.

On procéda aux élections pour les états généraux du royaume, qui devaient s'ouvrir le 5 mai. Les assemblées primaires se réunirent : pour le clergé, dans les villes épiscopales ; pour la noblesse, dans les principales villes des sénéchaussées ; pour le tiers état, dans les communes. Ces assemblées désignèrent les électeurs définitifs, qui se réunirent en assemblée électorale dans six des principal « es villes de la Provence : Draguignan, Forcalquier, Arles, Aix, Toulon, Marseille. Mirabeau, élu à Marseille et à Aix, opta pour cette dernière ville.

Nous ne parlerons pas ici de son voyage de remerciement à Marseille, de l'ovation qu'il y reçut et de son utile intervention pour calmer des désordres qui avaient éclaté. Nous ne détaillerons pas non plus les continuelles agitations de Marseille, la ville rajeunie, la ville démocratique et révolutionnaire de la Provence, tandis que Aix, la ville des nobles et des parlementaires, était déchue de cette suprématie et de cette ambitieuse activité qu'elle avait possédées aux temps où la noblesse faisait la Fronde et où les parlements faisaient de l'opposition.

Un des actes les plus considérables de l'Assemblée constituante fut la division de la France en quatre-vingt-trois départements. La Provence formait alors un gouvernement militaire, composé d'un gouverneur, de quatre lieutenants du roi, d'une maréchaussée entretenue par la province, des gouverneurs de Marseille, du château d'if, de la ville et tour de Toulon et des îles. La justice était administrée par un parlement et par les douze sénéchaux d'Aix, Arles, Draguignan, Digne, Forcalquier, Marseille, Toulon, Grasse, Brignoles, Sisteron, Castellane et Hyères.

Il y avait de plus une intendance, une généralité des monnaies et une cour des comptes. Sous le rapport ecclésiastique, la Provence avait deux sièges métropolitains, Aix et Arles ; dans le ressort du premier étaient les quatre évêchés de Fréjus, Riez, Apt, Sisteron ; dans celui du second, les trois évêchés de Marseille, Toulon et Orange ; les cinq autres évêchés de Provence, Digne, Glandèves, Grasse, Senez et Vence, étaient suffragants de l'archevêché d'Embrun.

Des quatre-vingt-trois départements établis par la Constituante, la Provence en forma trois : Bouches-du-Rhône, Var, Basses-Alpes. Aix resta toujours archevêché métropolitain ; mais Arles fut déchue de ce rang. Si le département des Bouches-du-Rhône se ressentit vivement du contrecoup des révolutions et des réactions qui suivirent 1789 ; s'il prit, en 1815, trop de part à ce que l'on a appelé la Terreur blanche, il jouit, pendant quinze ans, sous la Restauration, d'un calme et d'une prospérité que les agitations de 1830, de 1848 et de 1870 ne lui ont pas fait perdre.

Ses habitants, livrés aux travaux de l'agriculture, aux grandes entreprises industrielles et surtout aux transactions commerciales, que la nature leur rend si faciles dans les campagnes, ou bien, dans les grandes villes, suivant l'impulsion que leur imprime la grande cité marseillaise, ont su trouver pour leur active et intelligente mobilité une existence conforme à leurs goûts et qui est pour eux exempte de besoins et de privations.





DERNIERS ARTICLES :
Bienvenue à tous... Cadeau de Audrey
.
Cadeau de ma petite Audrey
     
Toujours à l'heure grâce à Mounee... Merci beaucoup....
 
aquariophilie eau de mer - Le gobie -
Cryptocentrus cinctus - Photo OpenCage   En zoologie, et plus particulièrement en aquariophilie, le nom vernaculaire (nom usuel) Gobie désigne en français plusieurs espèc
Bonne et heureuse année à tous...
    Que cette nouvelle année vous apporte la réussite dans tout ce que vous entreprenez... Que les difficultés de cette année nouvelle vous soient toutes épargnées...
forum